Nous contacter Nos partenaires Espace pro Ma garantie

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessibles les menuiseries ?

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessible les menuiseries ?

D’après une enquête réalisée en 2019 par l’INSEE, la France compte 4,3 millions de personnes entre 20 et 59 ans touchés par un handicap ainsi que 2,5 millions de seniors en perte d’autonomie. Leur point commun : ils vivent à domicile dans des logements pas toujours adaptés. Nous sommes tous susceptibles de connaître un jour des difficultés pour nous déplacer, que ce soit de façon temporaire ou permanente. Alors comment savoir si votre porte d’entrée est adaptée à cette situation ? Comment rendre accessibles vos menuiseries en cas de perte d’autonomie ? Décryptage des règles en vigueur et tour d’horizon des options qui s’offrent à vous pour aménager votre habitation.

Que dit la « loi Handicap » pour rendre accessibles ses menuiseries ?

Entre autres obligations, la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances impose des normes d’accessibilité à respecter dans les bâtiments pour faciliter l’accès et le déplacement des personnes à mobilité réduite. Quel que soit le handicap, celles-ci doivent pouvoir circuler convenablement et utiliser les équipements mis à leur disposition sans difficultés. Outre les établissements recevant du public, cette obligation légale concerne :

  • les bâtiments d’habitations collectifs neufs, privés ou publics,
  • les logements collectifs existants en cas de réhabilitation importante,
  • les maisons individuelles neuves.

Parmi les grands principes définis par cette réglementation, figurent des recommandations relatives à :

  • la largeur de passage des portes,
  • la hauteur de seuil maximale,
  • les systèmes d’ouvertures et dispositifs de manœuvre des fenêtres et portes-fenêtres.

Rappel : le terme PMR rassemble toute personne pouvant être gênée dans ses mouvements et déplacements en raison de sa taille, de son âge, d’un handicap provisoire ou permanent, d’équipements dont elle doit se servir pour se mouvoir.

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessible les menuiseries ?

Accessibilité des menuiseries : largeur et seuil de passage

Dans le cadre de la norme PMR, les ouvertures, et a fortiori la porte d’entrée, doivent offrir une largeur minimale de 90 cm (contre 60 à 70 cm pour une porte classique) avec un passage libre de 83 cm. Ceci afin qu’un fauteuil roulant puisse passer sans encombre. Deux possibilités :

  • la porte dispose d’une poignée extérieure encastrée telle qu’un bâton de maréchal affleurant. Le vantail peut alors s’ouvrir à 90° et laisser 90 cm de passage,
  • la porte est munie d’une béquille auquel cas il faut pouvoir l’ouvrir à un peu plus de 90° pour conserver les 90 cm obligatoires.

Autre point important, pour faciliter le passage d’un fauteuil roulant, la hauteur de seuil des ouvertures (porte d’entrée, coulissant, porte-fenêtre) ne doit pas dépasser 20 mm de haut. De plus, s’il reste un ressaut dû au seuil, il doit alors comporter au moins un bord arrondi ou disposer d’un chanfrein. A noter, certains fabricants proposent des seuils aluminium à rupture de pont thermique. D’une hauteur de seulement 17 mm, ils associent alors accessibilité et isolation !

Bon à savoir : à l’intérieur du logement, privilégiez les portes coulissantes qui évitent toute gêne liée au débattement.

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessible les menuiseries ?

Quels dispositifs de manœuvre pour rendre accessibles les menuiseries ?

Afin de les rendre aisément manœuvrables en position debout comme en position assise, la réglementation indique que tous les points de commande doivent se situer à une hauteur maximale comprise entre 90 cm et 1,35 m. En fonction de la dimension de l’allège (le mur sous la fenêtre), cette obligation peut s’avérer difficile à respecter en rénovation. Heureusement, certains fabricants de menuiseries proposent une option « changement de hauteur de poignée » afin d’abaisser la manœuvre pour qu’une personne à mobilité réduite puisse l’atteindre aisément.

Parmi les autres difficultés pouvant être rencontrées, pensez à la forme de la poignée. Les boutons de porte, par exemple, sont difficilement préhensibles. Optez plutôt pour des poignées de fenêtres coudées et des poignées de porte encastrées ou allongées qui se manipulent plus facilement.

Bon à savoir : l’effort d’ouverture des portes doit être inférieur ou égal à 5 kg.

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessible les menuiseries ?

Adaptez les systèmes d’ouverture des fenêtres et porte-fenêtres

En cas de perte d’autonomie, une dernière recommandation s’impose quant aux systèmes d’ouverture. Sur une fenêtre à deux vantaux, le vantail semi-fixe dispose souvent d’un verrou en bas et en haut à débloquer au doigt. Déverrouiller celui en hauteur devient alors une mission impossible pour une personne en fauteuil roulant. Pour palier à ce problème, il existe différents systèmes :

  • le verrou avec un levier en feuillure. Totalement invisible fenêtre fermée, cette manœuvre intégrée dans la feuillure de la fenêtre permet de déverrouiller en même temps, sans effort, le point haut et bas du vantail semi-fixe. Pour cela, il suffit de tirer simplement le levier vers soi.

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessible les menuiseries ?

  • le verrou automatique. Grâce à un système de ressort, il facilite l’ouverture du vantail semi-fixe qui s’effectue alors par simple tirage. Pour une sécurité assurée, les points haut et bas se reverrouillent automatiquement à la fermeture du vantail principal.

Handicap ou perte d’autonomie : comment rendre accessible les menuiseries ?

Bon à savoir : au moment du devis pour réaliser ces travaux d’aménagement, demandez à votre installateur s’il dispose dans son logiciel de chiffrage d’une rubrique dédiée à la mise aux normes PMR complète de la fenêtre. Vous avez ainsi l’assurance qu’aucune mauvaise surprise ne vous attend à la réception du chantier.

Enfin, parmi les nombreux aménagements existants pour adapter votre domicile en cas de perte d’autonomie, ne négligez pas les possibilités offertes par la domotique. Elle présente notamment un intérêt pour le déverrouillage de la porte d’entrée à distance via un smartphone, à condition de l’équiper d’un ferme-porte automatique. Sans oublier que les solutions connectées offrent bien d’autres possibilités !

 

0 Partages
Retour
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×